• Le Directeur

    Jean-François Bobillier est né à Orsières en 1973. Après des débuts à la fanfare Echo d'Orny, il termine ses études de branches théoriques, d'euphonium et de direction au Conservatoire de Sion en 1994. Lire la suite
  • La Soliste

    Après l’obtention d’un diplôme de piano à l’HEMU de Lausanne, la soprano suisse Léonie Renaud entreprend des études de chant à la Hochschule der Künste Berne où elle obtient un Master Performance avec félicitations du jury, dans la classe de Janet Perry. Durant ses études, elle est lauréate de nombreuses bourses et fondations. Lire la suite
  • 1
  • 2

Concerts

2017: Adventures!

L’orchestre d’Harmonie Shostakovitch propose une véritable aventure sonore et poétique avec son programme 2017, « Adventures ! » qui était préparé et dirigé par le compositeur et chef d’orchestre britannique Tom Davoren. 

 

Trois œuvres majeures, de compositions très récentes, sont les piliers de ce programme. De grandes fresques sonores décrivant chacune une expérience particulière et permettront à l’auditeur de s’évader littéralement. Cette aventure originale débutait à Londre : New London Pictures, du compositeur britannique Nigel Hess, reprend une thématique chère à de nombreux créateurs : l’évocation d’une grande ville, de son univers tantôt rythmé par une vie débordante et généreuse, tantôt chantant la beauté calme, les détails pittoresques et la majesté qui l’enrichissent et la rende unique. Redécouvrez donc la métropole anglaise grâce à cette œuvre puissante et rythmée !

 

Sunrise at Angel’s Gate est une œuvre du célèbre compositeur Philip Sparke. The Angel’s Gate (la porte des anges), se trouve dans le Grand Canyon, et c’est lors d’un voyage que le compositeur britannique eut l’occasion d’y vivre un lever de soleil (Sunrise). Selon ses propres termes sur son œuvre, il dit y avoir « essayé de représenter le panorama et l’ambiance de l'aube, le chant des oiseaux dans le ciel du matin et la révélation progressive du Grand Canyon, au fur et à mesure que son gouffre immense se dévoile et que ses profondeurs rocheuses émergent de l’ombre, et s’emplissent de feu et de lumière ».

 

Rien ne résume mieux la nouveauté de ce programme que la pièce de Tom Davoren, qui dirigea sa propre création en première européenne : Stillness, une pièce qui raconte l’aventure de la traversé de l’Atlantique, du Canada au Pays de Galle, par Amelia Earhart en 1928. On a beaucoup parlé de l’exploit de Lindberg à peine un an auparavant, mais peu de cette femme, qui fut, au même titre, une pilote exceptionnelle et pionnière de l’aviation . Une occasion de découvrir le dangereux périple de cette aventurière à travers cette grande fresque musicale.

 

Mutiara, qui peut se traduire par « perle », fut inspirée au compositeur Américain Anthony Barfield par une longue excursion dans la forêt tropicale Malaysienne. Durablement marqué par cette expérience, il a tenté de retranscrire en musique le spectacle de la nature tropicale : grande jusqu’à la démesure, dangereuse et étouffante jusqu’à l’oppression, mais en même temps généreuse, débordante de vie et ivre de mille formes et couleurs. Dès lors, il est facile de s’imaginer que, pour retranscrire de pareilles impressions, le compositeur a dû exploiter la palette de son de l’orchestre d’harmonie à son maximum. 

 

Nous étions tout heureux de vous accueillir pour nos concerts qui se déroulaient les samedi et dimanche 27 et 28 janvier 2017.

 

Programme:

 

New London Pictures

Nigel Hess

 

Sunrise at Angel’s Gate

Philip Sparke

 

Stillness

Tom Davoren

~~~

Far from Home

Kit Turnbull

 

Ladies in Lavender

Nigel Hess

 

Mutiara

Anthony Barfield

 

Galop

Dmitri Shostakovich


2016: Bestiarium

La grande variété dans l’instrumentation de l’orchestre d’harmonie offre une énorme palette de couleurs musicale et permet ainsi le mariage avec à peu près tous les instruments existants. De surcroit, les compositions d’oeuvres originales pour ce type de formation ne cessent de s’accroître et sont d’une diversité et d’une richesse extraordinaire.


Soucieuse de présenter d’année en année, outre ses prestations de qualité, un programme original et plaisant à son fidèle public, l’Harmonie Shostakovich se fait un point d’honneur à mettre sur pied des concerts inédits dans la région, et ce avec une grande majorité de musiciens amateurs jurassiens. Après avoir mis en évidence d’excellents solistes bois, cuivres ou vocaux lors de ses dernières éditions, part belle sera faite cette année aux instruments à cordes qui ne sont malheureusement que peu fréquemment joués dans les orchestres d’harmonie mais dont la combinaison vous fera découvrir un spectre sonore unique.


L’engagement de Mario Bürki à la tête de notre ensemble nous a offert l’opportunité de réaliser cette extraordinaire fusion entre deux mondes musicaux peu habitués à cohabiter. Directeur talentueux mais également compositeur prolifique largement reconnu pour ses oeuvres écrites pour brass band et harmonie, Mario Bürki crée en 2014 un duo de violoncelle pour orchestre à vent : « CHROMA ». Les deux violoncellistes régionaux, Françoise Schiltknecht et Nathan Zürcher, officieront dans les rôles de solistes pour interpréter cette pièce et pour vous balader au gré des mouvements variés et colorés retranscrits dans chaque partie.
Autre titre prestigieux écrit par notre chef invité, « 1405 : Brand von Bern » est un poème symphonique en 10 tableaux décrivant l’immense incendie qui ravagea la Berne médiévale en 1405. Nul doute que l’atmosphère rendue par ce chef-d’oeuvre exigeant saura transporter le public présent dans les dédales du marché bernois du 15ème siècle.


En seconde partie, l’Harmonie Shostakovich présentera de larges extraits de « BESTIARIUM », une suite en neuf mouvements qui a pour originalité d’avoir été écrite par neuf célèbres compositeurs différents. Chacun d’entre eux propose une vision sonore toute subjective pour neuf animaux différents, créant un zoo virtuel où l’ouïe de chacun devient l’interface nécessaire à appréhender la mouche, le caméléon, le poisson-ange, le tyrannosaure, les baleines et la chenille dans toutes leurs dimensions. En raison d’un droit d’exclusivité d’une année après sa publication, seule une poignée d’ensembles au monde ont pu présenter Bestiarium depuis sa création en 2014 (aucune en Suisse). Il est donc fort probable que l’interprétation de cette pièce par l’Harmonie Shostakovich soit présentée en 1ère suisse !

LE PROGRAMME:

YOUNG PHEASANTS IN THE SKY | Satoshi Yagisawa
1405:DER BRAND VON BERN | Mario Bürki
CHROMA
DUO DE VIOLONCELLES INTERPRÉTÉ PAR
FRANÇOISE SCHILTKNECHT ET NATHAN ZÜRCHER | Mario Bürki

- PAUSE -

BESTIARIUM
1. PEIXOS TROPICALS | Bert Appermont
2. TYRANNOSAURUS REX | Ferrer Ferran
3. BAILE DE LA BALLENA | Philip Sparke
4. LA CARCOMA | Victoriano Valencia
5. LA MOSCA | Óscar Navarro

1405:DER BRAND VON BERN
Dans l'après-midi du 14 mai 1405. Un incendie a débuté dans la Brunngasse à Berne. La cause du départ de feu reste un mystère à ce jour. Le feu se propagea rapidement. Le lendemain matin, plus de 600 maisons avaient été ravagées par l’incendie et plus de 100 personnes avaient péri dans le brasier. Selon les rapports des chroniques de la ville de Berne écrites par greffier de la ville, ce fut une catastrophe rapide. Ce fameux 14 mai était une journée venteuse. Une forte brise venait du nord-est. Autour de 16 heures, l’incendie a éclaté sur le côté sud de la Brunngasse. Personne ne savait où en était le départ. Le feu a été probablement provoqué par une étincelle provenant d'un four ou par lampe à huile qui a basculé et mis le feu à de la paille. Dans tous les cas, le feu se propagea rapidement. En seulement un quart d'heure, tout le côté ouest de la Zähringen était en flammes. Le feu s’est alors propagé en direction de l'ancien fossé de la ville et, malgré les tentatives désespérées pour l’éteindre, il continua de s’étendre durant la soirée et la nuit. Les flammes engloutirent toute la part intérieur de la Neustadt et tout le chemin de la tour de la prison (Käfigturm). Seule l’Aare pu stopper la progression de l’incendie.


CHROMA
L’inspiration de Chroma vient de quatre couleurs. En effet dans cette oeuvre, chaque mouvement porte le nom de l’une de ces couleurs. Celles-ci sont mentionnées en grec, en faisant référence à l’origine grecque du mot « chrom ».
I. asími (Argenté) Ce mouvement décrit l'obscurité la nuit, les étoiles et la lune. Il commence par une brillante fanfare. Les deux violoncelles entrent ensuite individuellement puis en choeur pour reprendre et développer le thème musical présenté dans la fanfare.
II. prásinos (Vert) La cadence au début du second mouvement représente les désirs, les espoirs que tout le monde chérit. Le caractère fluide cet ensemble symbolise la continuité qui nous pousse à atteindre ces désirs. Ne dit-on d’ailleurs pas « vert j’espère » ?
III. kókkinos (Rouge) Le mouvement trois décrit la couleur rouge, la passion, l'amour. Les deux violoncelles s’entrelacent autour du thème soliste, accompagné subtilement par les sons de l’orchestre.
IV. kítrinos (Jaune) Jaune, la couleur de la lumière et de la vie forment la base de ce mouvement vif et percutant Les solistes peuvent cette fois-ci démontrer leur virtuosité dans des passages techniquement difficiles.


BESTIARIUM
Bestiarium est le fruit du travail de l’union de plusieurs compositeurs. Le résultat est une suite de 9 mouvements représentant 9 animaux différents. Le thème de la diversité des animaux était alors tout trouvé et a permis de laisser s’exprimer les compositeurs qui ont rejoint ce projet: Ferran Ferrer, Oscar Navarro, Luis Serrano Alarcón, Jan Van der Roost, Kevin Houben, Bert Appermont, Philip Sparke, Robert W. Smith, et Victoriano Valencia.
Frank de Vuyst, instigateur du projet, confie :
« C’est un sentiment étrange de voir naître un concept que l’on a pensé pendant des années avec des amis. Bestiarium est un projet dans lequel a collaboré neuf des meilleurs compositeurs du monde entier. Mais c’est aussi bien plus que cela. Il s’agit de la création d'un nouveau répertoire de qualité pour orchestre à vent. De plus, grâce à ces créateurs, le monde de la musique à vent a son propre "Carnaval des animaux". J’espère que tous les directeurs et musiciens auront beaucoup de plaisir à travailler l’oeuvre, autant que les auditeurs auront un "bestial" plaisir à l’entendre ! »

 

2015: Vents du Sud

 

 

En 2014, l’harmonie Shostakovich s’était, dans son texte de présentation, penchée sur les pensées philosophiques de Nietzsche. Bien sûr, le texte était par endroits un peu délirant, mais on peut tout de même constater que les idées philosophiques, les mythes, croyances et autres légendes ont la cote auprès des compositeurs. Une rapide revue de quelques titres entendus çà et là comme « Sidus », « Music of the Spheres », « Gilgamesh », « Niflheim » ou encore le plus local « A Tale Of Sorcerers » nous le confirme.

Cette année encore, l’harmonie Shostakovich vous propose une interprétation musicale de plusieurs mythes, légendes ou encore croyances.  Ainsi, il est question des légendes Massaï, de leur dieu Engaï, des montagnes ou volcans mythiques de Tanzanie - Ol Doinyo Lengaï, le Kilimandjaro entre autres – et des différentes légendes les concernant. L’ambiance de la pièce « El Rugir del Kimbo », composée par Ferrer Ferran, est imprégnée de ce monde légendaire ainsi que de ses rites et  danses ancestrales. Plus biblique, « El arca de Noe », - l’arche de Noé – est une retranscription musicale du récit figurant dans l’ancien testament, dans le livre de la Genèse. Cette pièce a été écrite par Oscar Navarro.

Levons maintenant le voile sur le titre de cette session: « Les vents du Sud ». Comment vous l’avez peut-être remarqué, les noms des compositeurs  des deux pièces principales du programme ont une consonance hispanique. C’est pourquoi nous parlons de Sud dans le titre. Le début du titre est quant à lui facile à comprendre, les vents faisant référence à la musique et à l’harmonie. Oui, car dans une harmonie, on trouve évidemment une large majorité d’instruments à… vents!

Comme la clarinette, dont 2015 est l’année. Ainsi, nous présentons cet instrument joué par un soliste habile, Emile Sanglard, jeune musicien et compositeur  de la région, qui vous présente la pièce « Concert Fantasia » composée par Luigi Bassi, compositeur lui aussi venant du Sud, l’Italie.

A la baguette, un chef bien connu – il dirige notamment La Concordia de Fribourg ainsi que la Gérinia de Marly – crée l’harmonie et joue avec les plans sonores. Jean-Claude Kolly qui a déjà dirigé l’harmonie Shostakovich nous honore cette année de sa présence. 

 

LE PROGRAMME:

Italia, Sam Rydberg

Concert Fantasia, Luigi Bassi - Soliste à la clarinette Emile Sanglard

El Rugir del Kimbo, Ferrer Ferran

El Arca de Noe, Oscar Navarro

Conga del Fuego Nuevo, Arturo Marquez

 

2014: Hommages

shosta titre 2014

Session 2014 – Hommages

Août 1881, Nietzsche se balade dans l’Engadine, dans une forêt proche du lac de Silvaplana, rêvasse, observe. Après certainement de grandes divagations philosophiques, une inspiration divine n’est-ce pas, il entrevoit l’idée de l’éternel retour, pierre angulaire de « Ainsi parlait Zarathoustra ».

Dans ce paysage idyllique, merci wikipedia, il n’est pas fait mention des montagnes alentours, le Piz Corvatsch,  culminant à 3451 mètres par exemple. Mais à Shosta, nous sommes persuadés que celles-ci sont les plus à même, sur notre planète, de représenter l’idée « d’éternité ».

Nous imaginons aussi que ce sont ces montagnes qui ont inspiré Franco Cesarini lorsqu’il a composé son hommage à Richard Strauss, Richard Strauss qui lui-même a rendu hommage à Nietzsche dans un poème symphonique nommé… « Ainsi parlait Zarathoustra ». Vous pensez bien que ce poème est la base du « Poème alpestre » de Cesarini mesdames et messieurs.

Nous parlions de notre planète; après les montagnes, il était aussi indispensable de faire un hommage à cette bonne vieille planète, hommage rendu par Johann de Meij dans « Planet Earth », deuxième mouvement de sa symphonie, qui elle-même est quelque part un hommage de De Meij à Holst et ses planètes.  Tout le monde s’accorde à dire que le mouvement, « la terre, l’adolescente » est certainement le plus abouti des planètes de Holst.

Finalement, cette année, l’Harmonie Shostakovich, dirigée par son chef, Stéphane Delley, nage dans les hommages tous azimuts. Nous fêterons d’ailleurs les 150 ans de la naissance de Richard Strauss.

Les hommages ne doivent pourtant pas être solennels, la musique c’est un rêve. D’ailleurs, le rêve permet toutes les folies, imaginer un Nietzsche éclairé par l’inspiration divine, un Cesarini qui base sa pièce sur « Ainsi Parlait Zarathoustra » alors qu’en fait c’est « Zauberberg » de Thomas Mann ou encore un Holst qui compose le mouvement la « terre, l’adolescente ».

La musique invite au rêve, venez rêver avec nous, imaginer des histoires que vous seuls comprenez, seuls, en couple ou en famille.


SAMEDI 25.01.2014 HALLE POLYVALENTE COEUVE 20h00


DIMANCHE 26.01.2014 SALLE POLYVALENTE

GLOVELIER 17h00

 

 

LE PROGRAMME:

Serenade en Mib, opus 7, Richard Strauss

Lieder - Zueignung, Richard Strauss

Poema Alpestre, Franco Cesarini

PAUSE

Mouvement 2 de la symphonie "Planet Earth", Johan de Meij

Divertimento for wind and percussion, Roger Cichy

 

 

Photos des sessions

 Session 2019 : SEA, SAX & SUN

Session 2018 - Oui Chef !Session 2017 - Adventures !

Session 2016 - Bestiarium Session 2015 - Vents du Sud 

 Session 2014 - HommagesSession 2013 - Gilgamesh 

Session 2011 - Arie de Italia

Musiciens 2022

Directeur
Jean-François Bobillier

Soliste
Léonie Renaud

Flûtes / Piccolo
Natacha Chappatte (piccolo)
Mathilde Lehmann
Mélanie Koller
Nathalie Schüttel

Hautbois
Claire-Pascale Musard
Sandra Barbezat

Bassons
Florian Zimmermann 
André Habegger
Christian Marquis

Clarinettes
Simon Stettler

Antony Burkhard
Antony Burkhard
Anna Essig
Gérard Gagnebin
Fabien Gaudin
Léa Girardin
Elisa Studer
Hubert Jacquier
Anina Schönbachler
Milo Voisard
Emile Sanglard (Basse)
Sergi Bayarri (Contrebasse)

Saxophones
Benjamin Odiet (Alto/Soprano)
Maxime Fauser (Alto)
Louanne Oberli (Alto)
Nicolas Gurtner (Ténor)
Thomas Beuret (Baryton)

Saxophones
Marcel Fischer
Jean-Michel Nobs
Raphaël Ory
Gaël Salgat
Manon Rais

Jacques-Edmond Nussbaumer
Théophile Blanchon
Diego Stornetta
Elia Voisard

Cors
Jean-Marie Nussbaumer
Romain Cattin
Sylvain Gaignat
Jonas Courtet
François le Dahéron

Euphoniums
Bastien Girard
Thomas Speisser

Trombones
Yannick Speisser
Samuel Speisser
Patrick Nobs
Sébastien Koller (Basse)

Tubas
Auriane Michel (C)
Thomas Kurth (Eb)

Contrebasses
Elise Frey
Loïc Baillod

Piano
Marie Guyot

Harpe
Claire-lise Renevey

Accordéon
Manon Rais

Percussions
Claude Berdat
Julien Coucet
Louis Hêche
Marinel Mittempergher
Yves Kolly
Vincent Boillat
Maximilien Mackowiak